Accroître la liberté et la prospérité grâce aux villes privées

par Patrik Schumacher

Londres 2020, pour Liberland Press

"Honduras Prospera" est une initiative unique qui traduit les idées formulées par Titus Gebel dans son livre sur les "Villes privées libres". Prospera vient de démarrer. Pour l'instant, ce n'est qu'une petite graine de ce qui est à venir. L'ambition est de créer le Hong Kong d'Amérique centrale, sur l'île de Roatan, au Honduras.

Retweeter Créer le Hong Kong d'Amérique centrale, sur l'île de Roatan au Honduras

L'objectif est de créer une enclave de libre marché largement autonome, dotée de sa propre juridiction et de son propre système judiciaire, dans le cadre uniquement libéral du programme ZEDE (Zone pour l'Emploi et le Développement Economique) mis en place par action parlementaire au Honduras. Le programme invite les entités privées à établir, réglementer et gérer des zones de libre entreprise partout au Honduras. Il ne s'agit pas encore d'une micro-nation totalement autonome comme le Liberland aspire à le devenir, puisque la souveraineté ultime est maintenue par le pays hôte, le Honduras. Toutefois, le degré d'autonomie accordé va bien au-delà de ce qui est habituellement accordé pour les zones économiques spéciales.

Le programme ZEDE a été inspiré par l'idée et l'initiative de Paul Romer de créer des "villes à charte" comme outil de développement pour les régions sous-développées. Paul Romer n'est pas un libertaire, comme le montre le fait qu'il a été économiste en chef et vice-président de la Banque mondiale (de 2016 à 2018). Romer est à l'origine de la théorie dite de la croissance endogène dans les années 1990 (qui lui a valu le prix Nobel d'économie en 2018). La théorie de la croissance endogène met l'accent sur l'innovation comme facteur de croissance économique. Bien que cela semble évident et presque tautologique, la réalisation de Romer a été d'inclure l'investissement dans la production de connaissances, c'est-à-dire l'éducation, la science et la R&D dans des modèles mathématiques de croissance qui traitaient auparavant les avancées technologiques comme exogènes. Romer a souligné la non-rivalité de la connaissance, c'est-à-dire le fait que les ressources de la connaissance peuvent être utilisées simultanément par tous sans interférence mutuelle ni épuisement des ressources. Il y a une amélioration mutuelle des utilisations des connaissances, c'est-à-dire de fortes retombées positives. Romer affirme l'importance des idées et des "méta-idées" pour la croissance. Une méta-idée est "une recette d'interaction sociale qui encourage la production et la transmission d'idées" et il appelle les villes, les marchés et la science, les trois grandes méta-idées. L'idée du XIXe siècle d'un nouveau type d'université orientée vers la technologie et la pratique (comme le MIT) était une autre méta-idée. L'idée des villes à charte peut également être classée comme une méta-idée dans ce sens.

"L'une des plus grandes méta-idées de la vie moderne est de permettre aux gens de vivre ensemble dans des agglomérations urbaines denses. Une deuxième est de permettre aux forces du marché de guider la plupart des décisions détaillées que ces personnes prennent sur la façon dont elles interagissent les unes avec les autres. Ensemble, la ville et le marché permettent à de grands groupes de personnes de coopérer en découvrant de nouvelles idées, en les partageant et en apprenant les uns des autres". Paul Romer, La structure profonde de la croissance économique

centrage photo

Romer a lancé l'idée des villes à chartes lors d'une conférence TED en 2009. Elle était principalement destinée aux pays en développement où les conditions institutionnelles nécessaires à la croissance - un gouvernement fiable, la sécurité des biens, la rule of law - font défaut et empêchent le décollage du développement. En 2010, M. Romer a publié un document intitulé "Technologies, règles et progrès" : The Case for Charter Cities" (technologies, règles et progrès : arguments en faveur des villes à charte). Il a publié ce document sous les auspices du Center for Global Development, un important groupe de réflexion de Washington sur la politique de développement, qui se consacre à la réduction de la pauvreté et des inégalités dans le monde :

"Au cours de ce siècle, les nouvelles technologies peuvent améliorer le niveau de vie au rythme le plus rapide de l'histoire de l'humanité. ... Cela n'arrivera que si nos règles suivent la croissance de nos technologies et du réseau d'interactions humaines que ces technologies rendent possible. La contrainte à laquelle nous serons confrontés ne viendra ni de ressources rares ni de possibilités technologiques limitées ; si nous faiblissons, ce sera en raison de notre capacité limitée à découvrir et à mettre en œuvre de nouvelles règles".

Bien que ce paragraphe appelle à l'innovation politique face aux transformations technologiques, la majeure partie de l'article a une perspective plus conservatrice, se concentrant sur la copie des règles occidentales vers l'Afrique :

"Si les technologies sont des idées sur la façon d'agencer des objets physiques, les règles sont des idées sur la façon de structurer les interactions entre les gens. Comme les technologies, les règles peuvent être partagées et copiées. ... Les pays en développement cherchent à rattraper leur retard en copiant les technologies. ... Quels types de mécanismes permettront aux pays en développement de copier les règles qui fonctionnent bien dans le reste du monde ?"

Copier les règles est une position plutôt conservatrice, peut-être sûre et appropriée pour un développement de rattrapage. C'est peut-être aussi ce que le Honduras attendait.

Mais avec Prospera, ils obtiennent bien plus que ce qu'ils ont négocié. Un type de régime politique radicalement nouveau, et non une simple copie des normes actuelles du premier monde.

Octavio Sanchez, avocat hondurien formé à Harvard et conseiller présidentiel, a fait venir Romer et son idée au Honduras. Un cadre juridique radical unique pour les zones économiques autonomes a rapidement été légiféré en 2011. Romer a présidé un "comité de transparence" dans le cadre du programme ZEDE jusqu'en 2012.

L'avantage le plus fondamental du concept de ville privée libre de Titus Gebel est que la citoyenneté est basée sur une participation volontaire, et dans ce sens "libre". Elle ne repose pas sur une révolution politique où un groupe d'acteurs politiques, qu'il soit minoritaire ou majoritaire, impose le nouveau système à une population donnée. Au lieu de cela, une société de ville privée libre, comme Prospera, apparaît sur la scène, sur le marché de la prestation de services de gouvernance, avec une offre de services compétitive axée sur la sécurité de la vie, la liberté et la propriété. Il s'agit d'une invitation à rejoindre la ville en tant que citoyen, basée sur un véritable contrat social précisant les conditions d'engagement entre le futur citoyen et le fournisseur de gouvernance. L'offre comprend un état de droit basé sur un ensemble de procédures, de règles et de décisions de common law bien établies. Plus précisément, elle met en œuvre Ulex, un système juridique à source ouverte, proposé par l'Institut pour la gouvernance compétitive du juriste Tom W. Bell (qui compte Titus Gebel parmi ses conseillers). En outre, Prospera a mis en place son propre système judiciaire en invitant des juges éminents, y compris d'anciens juges de la Cour suprême. Le contrat social lui-même sera jugé par un arbitre international indépendant. Ainsi, contrairement à ce qui se passe dans tous les États connus, le fournisseur de gouvernance et le citoyen-client sont sur un pied d'égalité en ce qui concerne le règlement des différends.

centrage photo

Cette liberté de contracter socialement ou politiquement est mutuelle, c'est-à-dire que les deux parties, le futur citoyen et la ville, doivent s'entendre sur le commerce, comme c'est toujours le cas sur les marchés fonctionnels. Mais cela implique aussi qu'il n'existe pas de droit général d'adhésion et donc probablement pas d'immigration libre et sans restriction. Cela n'est pas seulement dû au fait qu'une redevance sera perçue pour les services de gouvernance, ce que tout le monde ne pourra peut-être pas se permettre, mais aussi au fait que la ville pourra être sélective et imposer des exigences en matière de langue, de compétences, de dotation minimale en capital, etc. En ce sens, une ville privée libre pourrait être comparée à un club. Son modèle économique pourrait être fondé sur une certaine vision d'une société prospère et l'on pourrait tenter de la gérer en conséquence. On peut comparer cela à certains projets de parcs d'affaires qui tentent de créer une certaine synergie entre les locataires, de marquer le développement par rapport à une certaine industrie, c'est-à-dire de créer un centre financier, un nouveau quartier des médias, etc. Ces tentatives de sélectivité peuvent échouer et le promoteur peut devoir devenir plus indiscriminé, c'est-à-dire moins sélectif, en raison d'un manque d'intérêt. Cela pourrait facilement arriver à une ville qui, au départ, aurait un programme très strict et restrictif. Un marketing précoce et intensif devrait être la clé du succès d'une gestion ambitieuse. Il faudrait réunir une masse critique de locataires sur une courte période de temps. (Ici, une conception urbaine et architecturale visuellement éloquente pourrait être un élément crucial).

On peut probablement supposer qu'un certain degré minimal de sélectivité devra être maintenu, en plus du mécanisme de prix qui pourrait toujours répondre à une demande débordante en augmentant les frais pour les nouveaux arrivants. (La ville pourrait vouloir éviter de devenir un sanctuaire pour les barons de la drogue.) Alors que le principal mécanisme d'absorption et de régulation de la croissance des villes prospères sera le mécanisme des prix, soit par le biais des prix des terrains et des loyers, soit par le biais de frais ou de taxes, un contrôle supplémentaire de l'immigration sera maintenu. Par conséquent, une ville privée libre n'ajouterait pas à la liberté de ceux qui ne pourraient pas y adhérer. Toutefois, il y a des raisons de croire que si l'idée des villes privées libres prend son essor, il y aura probablement au moins quelques villes dont les politiques d'immigration seront initialement très libérales. Comme il y aura de nombreuses villes sans population existante qui voudront être protégées de la concurrence des immigrants, et comme la plupart de ces villes, en tant que jeunes entreprises à but lucratif, ne voudront ni ne pourront offrir aucune disposition ou garantie en matière de welfare, l'immigration pourrait être beaucoup plus libérale que la plupart des États actuels. (Au lieu de cela, les offres d'assurance ainsi que les sociétés d'entraide pourraient et devraient offrir une sécurité sociale sur la base d'une participation volontaire. Certaines villes, dont Prospera, pourraient faire de l'assurance auprès d'un assureur-vie réputé ou de la participation à une société d'entraide une condition de résidence). En l'absence de contraintes spatiales sévères, il serait économiquement judicieux pour l'opérateur de la ville soit d'étendre son territoire, soit d'absorber une population croissante en densifiant la construction de la ville. Cela serait probablement dans l'intérêt de l'opérateur, et probablement aussi dans l'intérêt des propriétaires fonciers privés, et des employeurs aussi. La présomption est ici que l'opérateur se réserve, dans son contrat avec ses citoyens, son autorité d'immigration.

Comme toujours, la meilleure protection contre la hausse des prix due à la pression de la demande sera l'offre concurrentielle supplémentaire. Cette offre devrait être assurée tant que les États ne continueront pas à bloquer la conversion de terres agricoles en terres urbaines ou l'utilisation de leurs terres inhabitées.

Un véritable marché libre et concurrentiel dans le domaine de la gouvernance, tel qu'il est envisagé ici, suppose qu'il y ait de nombreux fournisseurs sur le marché, ou du moins un menu composé de nombreuses villes différentes parmi lesquelles choisir, même si ce marché finit par être dominé par une poignée de grandes entreprises franchisant leurs modèles comme des chaînes d'hôtels dans le monde entier. Plus les unités territoriales sont petites, plus il sera facile pour les citoyens d'éviter le verrouillage, et d'exercer leur choix de marché et de se déplacer vers une autre juridiction. Cette vision d'un riche choix de juridictions, petites et peut-être différenciées ou spécialisées, dans une relative proximité, contraste fortement avec les États-Unis, qui sont un énorme monolithe politique qui enferme la plupart de ses citoyens du berceau à la tombe. La majorité des citoyens américains ne possède même pas de passeport, et encore moins considère que le choix du gouvernement sous lequel ils devraient vivre est une question de choix individuel du marché. En outre, et cela concerne surtout les personnes très performantes, la sortie des États-Unis est coûteuse. L'abandon de la citoyenneté américaine est pénalisé par l'imposition d'une lourde taxe de sortie.

Le passage d'un régime de gouvernance à l'autre pourrait être facilité par la possibilité de découpler au moins partiellement les juridictions des frontières territoriales. Le cadre ZEDE permet aux communautés non contiguës et aux nouvelles entreprises de n'importe quel endroit du Honduras d'opter pour la juridiction Prospera. En général, le droit des affaires n'a pas besoin d'être lié à un territoire et le changement de fournisseur devrait être aussi facile que le changement de fournisseur d'assurance. L'offre Ulex de Tom W. Bell a été initialement développée pour la gouvernance non territoriale et la résolution de conflits, principalement pour le crypto-space, c'est-à-dire pour les protocoles distribués comme Ethereum, Tezos, EOS et Dash, comme alternative à la gouvernance à la fourche et au bâton.

centrage photo

Les règles et les lois concernant la colocalisation spatiale, la propriété physique et les interactions physiques restent liées au territoire. Toutefois, les règles et les lois peuvent varier d'une rue à l'autre, voire d'un quartier à l'autre, et une grande partie peut être dévolue à des copropriétés individuelles ou à des propriétaires d'établissements individuels. Le risque que cette diversité adaptative devienne déstabilisante sera probablement évité par une autorégulation spontanée et un équilibrage des tendances divergentes et convergentes, par l'agrégation spontanée de décisions individuelles choisissant ce compromis au niveau local.

Supposons que les États actuels se plient à une future demande populaire pour autoriser la sécession des villes à charte, de la même manière que les gouvernements sont maintenant pressés de permettre aux écoles à charte de concurrencer l'enseignement public. Ensuite, une fois que l'idée des villes privées aura pris son essor, nous pouvons supposer qu'au départ, il y aura autant de formes de villes ou de politiques qu'il y a d'idéologies, laïques ou religieuses. Qu'est-ce qui garantit que toutes, voire la plupart de ces villes privées seront des villes libres au sens libertarien du terme, offrant un régime de laissez-faire fondé sur la liberté individuelle, la propriété privée et de vastes libertés économiques, donnant autant de latitude que possible à la liberté contractuelle ?

Les libertariens militeraient pour le laissez-faire et un régime socialement libéral, mais ne voudraient pas que des mesures restrictives soient imposées par une autorité supérieure. L'idéal du libertarien suppose en fin de compte l'absence d'une telle autorité suprême. Au lieu de cela, la discipline et l'organisation générales de l'ensemble du domaine des villes ou des politiques privées en interaction devraient être assurées par le processus du marché concurrentiel via le système des pertes et profits, et guidées par un discours parallèle impliquant les sciences sociales ainsi que des efforts de prosélytisme public. Un discours critique éclairé découragera et discréditera à l'avance les concepts de villes privées douteuses ou non viables, de sorte que de nombreux projets susceptibles d'échouer ne pourront jamais démarrer. D'autres pourraient aller de l'avant sans être découragés, pour être ensuite éliminés par le processus du marché. Le discours sera également un facilitateur crucial dans la génération de nouveaux projets. Ensemble, les discours et les marchés fourniront le processus de sélection rationnel nécessaire à tout processus d'évolution progressive.

Dans un article précédent (et ma contribution à la deuxième conférence de Liberland) intitulé "Corporate Governance Structures as Models for Micro-nation Constitutions", j'ai distingué différentes formes de propriété d'entreprise, y compris différents types de coopératives, qui pourraient entrer sur le marché de villes privées concurrentes. Maintenant, nous pourrions étendre davantage ce qui est possible, par exemple des monarchies, peut-être à base ethnique, voire des politiques ouvertement discriminatoires, ou des théocraties illibérales utilisant des formes draconiennes de contrôle social, peut-être aussi des communes communistes. Il appartiendrait à l'opérateur de décider si ces communes seraient tolérées en tant que districts ou enclaves au sein d'une ville privée. Titus Gebel, lors de la récente conférence de Liberland sur les villes privées libres, s'est explicitement félicité de la formation de communes communistes dans les limites de Prospera, tout en exprimant des doutes fondés sur l'histoire quant à la longévité de ces communes au-delà de la première génération d'enthousiastes.

Pourquoi les libertariens souhaiteraient-ils et demanderaient-ils un monde de villes privées, un monde où tout cela est possible et pourrait se réaliser ? Eh bien, la liberté d'association volontaire, y compris le droit de faire des discriminations en matière de participation, est un principe fondamental du libertarianisme. Si des gens choisissent librement de s'isoler ou de se soumettre à un régime religieux draconien, nous pourrions alors mettre en garde et faire du prosélytisme contre cela, mais nous nous opposerions en même temps à toute mesure coercitive ou intervention violente visant à empêcher ou à briser de telles associations. Pouvons-nous vraiment savoir à l'avance si ces formes sont toujours préjudiciables pour tous ? La foule montrera le chemin en votant avec ses pieds. Les discours sont importants pour essayer d'anticiper et de guider, mais la sélection finale se fait par l'action du marché sur le terrain, parfois seulement après que les conseils discursifs aient été ignorés, ou pire après que les conseils se soient avérés malavisés.

Si la conception même d'une politique privée libre et à but lucratif a émergé, naturellement et de manière agréable, du discours politique libertarien, et n'aurait probablement pas pu émerger des discours politiques socialistes ou conservateurs, rien n'empêche en effet la fondation de villes privées socialistes ou conservatrices, une fois que cette possibilité théorique est devenue une véritable opportunité pour l'initiative entrepreneuriale, comme cela a été le cas au Honduras. En effet, il y a eu des exemples historiques de communautés socialistes qui ont démarré sur la base d'initiatives financées par des fonds privés. Le fait que ces entreprises aient échoué, ainsi que les raisons et les modalités de leur échec, constituent des preuves historiques matérielles qui devraient atténuer la crainte de préparer le terrain sur lequel des régimes régressifs pourraient prospérer.

La question de savoir laquelle de ces politiques doit être préférée n'est pas, selon cet article, une question morale, ni une question de préférence personnelle, mais une question de savoir quelle forme constitutionnelle sera la plus propice au développement des forces de production et donc à la croissance économique conduisant à des niveaux de prospérité toujours plus élevés. Jusqu'à présent, toutes les migrations ont suivi un gradient de prospérité.

Le message essentiel du libertarianisme n'est pas ici moral mais économique, c'est une hypothèse socio-économique historiquement située. Le message essentiel ici n'est pas un dicton moral comme "le principe de la propriété de soi et le respect de la propriété privée est sacro-saint" mais une thèse théorique sur les conditions historiques actuelles de la prospérité, à savoir que des degrés croissants de liberté pour l'autonomie individuelle, la liberté de contracter et le libre échange sur les marchés, ainsi qu'une liberté d'expression, de communication et de discours sans contrainte, sont avantageux pour la prospérité générale. Cette thèse se traduit ensuite par une prédiction, qui devient en même temps un conseil pour les entrepreneurs potentiels de la gouvernance, à savoir que les régimes "libres" qui se fondent sur des principes libertariens surpasseront économiquement leurs concurrents conservateurs et traditionalistes et socialistes et interventionnistes, du moins en ce qui concerne les communautés privées qui tentent de fonctionner comme des centres de production, c'est-à-dire, de plus en plus, comme des centres d'économie créative de la connaissance. Les entités traditionalistes ou socialistes pourraient survivre en tant que communautés de retraités.

Les libertariens devraient donc être détendus par rapport à ces autres villes privées possibles, car on peut supposer que même la popularité initiale de ces régimes sera limitée et comme nous sommes convaincus que le potentiel de prospérité de ces régimes est minime, ils vont bientôt se réduire et disparaître plutôt que de proliférer. De nombreux éléments prouvent que la prospérité, la liberté matérielle, la disponibilité générale d'un niveau de vie prospère est un facteur d'attraction irrésistible, même pour un grand nombre de personnes ou pour la plupart d'entre elles qui sont encore prises dans une idéologie profondément religieuse ou culturellement arriérée. Les avantages de la richesse matérielle sont assez évidents pour tout le monde. Cette richesse est basée sur les niveaux de productivité et les gains de productivité compétitifs qui seront le mieux atteints par les régimes de laissez-faire préférés et préconisés par les libertariens. Les libertariens sont convaincus que le processus de concurrence sur le marché de la vie et du travail en commun permettra de sélectionner et de faire proliférer les villes privées libres. Le concept de villes privées libres n'a pas seulement un sens pour nous, militants politiques libertariens, qui alimentons notre zèle missionnaire pour créer un monde meilleur pour tous, mais il est aussi éminemment sensé pour les entrepreneurs et les investisseurs sur le marché du vivre ensemble.

La marginalité relative et la situation économique désespérée d'un pays comme le Honduras ont rendu plus probable le franchissement des barrières politiques habituelles dans ce pays, et les chances de succès sont grandes du fait qu'il existe de nombreux "low hanging fruits" de développement à portée de main au Honduras qui permettent un rattrapage rapide de la croissance (comme on l'a vu en Asie au cours des dernières décennies). Cela implique que la réussite économique de Prospera est effectivement probable. Une telle croissance de rattrapage serait un signal pour le monde en développement mais, en ce qui concerne le discours politique mondial, une simple croissance de rattrapage ne sera probablement pas perçue comme un tremblement de terre qui remettrait en cause le statu quo politique dans les arènes centrales les plus avancées du monde. Une expérience similaire au cœur de l'Europe qui aurait la chance de briser la stagnation à la frontière du développement de la productivité irradierait en revanche immédiatement l'imaginaire collectif au sein des sociétés avancées, et deviendrait un flambeau ouvrant la voie à une révolution politique attendue depuis longtemps. Cette révolution politique est nécessaire pour libérer les potentialités, enchaînées politiquement, de progrès accélérés, que promet la révolution de l'IA.

Article original publié le 25 juillet 2020 sur liberlandpress.com
Repris avec l'aimable autorisation de liberlandpress.com

Traduction : Vincent Andres, avec DeepL.com.


Pages connexes

Liens additionnels


Retweeter